AGREEN-STARTUP, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > SIVAL 2020 : le palmarès des projets primés

SIVAL 2020 : le palmarès des projets primés

Flux RSSImprimer la page

Dès l’ouverture du SIVAL 2020, 12 équipes ont travaillé, phosphoré et échangé avec leurs mentors et les exposants du salon pour mener à bien leur petite entreprise et passer de l’idée à la réalité.  Après délibération, le jury a sélectionné les 5 lauréats, qu'il est temps de découvrir !

  • Poudre de Guyane - 1er prix

Développement d’une nouvelle filière et de nouveaux débouchés pour les producteurs de bananes plantains en Guyane par la production d’une farine à partir de bananes et de sa peau, à destination de l’alimentation animale et humaine. Outre les qualités nutritionnelles du produit (sans gluten, richesse en protéines...), la filière se voudra bio et équitable avec un impact carbone réduit ; le transport vers la Métropole se fera via des conteneurs qui transitent aujoud’hui à vide. La future entreprise vise un marché métropolitain à haute valeur ajoutée : produits pour les sportifs et le secteur cosmétique. 6 mois seront nécessaires pour structurer l’approvisionnement et la transformation en Guyane à partir de contacts déjà pris. Le projet sera vertueux et impactant localement : un nouveau débouché rémunérateur avec accroissement de la production et réduction du coût d’alimentation de la filière porcine.

Porteur de projet : Hélène BOUVET, étudiante à l’ISTOM. Dotations : dotation financière par le Crédit mutuel d’une valeur de 3 500 € , une adhésion au pôle Végépolys Valley, qualification directe à AGREEN STARTUP Summit 2020.

  • Brew Flour - 2nd prix

Alors que 2 brasseries par jour sont créées en France, Brew Flour proposera de valoriser la drêche (déchet de la fabrication de la bière) en la collectant et l’asséchant pour la transformer en farines. Le goût et les qualités nutritionnelles du produit sont avérés (richesse en protéines, indice glycémique faible). Pour démarrer l’entreprise se concentrera pour son approvisionnement sur la quinzaine de brasseries nantaises et sur le marché des artisans boulangers et des épiceries fines. Le lancement de la production est envisagée pour la fin de l’année 2021.

Porteur de projet : Théodore LELIEVRE, étudiant à l’Ecole supérieure d’agricultures d’Angers. Dotations : dotation financière de 1 000 € du CNEAP, formation web et digitale par Tétrapolis Academy.

  • Isol'en paille - 3e prix

Isol’en paille propose d’utiliser la paille comme isolant dans les bâtiments et maisons, en circuits courts. Grâce à son usine mobile, la startup transformera directement les ballots de paille chez l’agriculteur pour les rendre utilisables par les charpentiers et constructeurs et répondre au plus près à leur demande. La menue paille sera également collectée et recyclée. Le lancement de l’entreprise passe par un investissement de 300 000 € dans une machine de conditionnement. Des clients potentiels sont d’ores et déjà identifiés. L’isolant leur reviendrait à 15 € du m2.

Porteur de projet : Nicolaas OUDHOF, entrepreneur dans le Maine-et-Loire. Dotations : une journée de conseil en communication par l’agence La Communicante d’une valeur de 1 000 € et un hébergement de 6 mois chez WeForge.

  • Locka - 1er coup de cœur

Locka a vocation à aider les agricutleurs dans le développement de leur activité en circuit court. Pour se faire, elle s’appuiera sur un réseau de stations-service, soucieuses de diversifier leur offre, à qui elle prescrira un équipement en casiers. La startup assurera ensuite la mise en relation avec des producteurs locaux qui loueront ces casiers pour distribuer leurs produits à un prix de 30 euros par mois environ. Chaque station offrira ainsi une diversité de produits alimentaires provenant de plusieurs producteurs locaux. 

Porteur de projet : Jérôme DUBILLOT, société Locka. Dotation : un stand sur le SIVAL 2021 ou 2022.

  • Repuls'Hair - 2e coup de cœur 

Plus d’1 million de sangliers peuplent nos campagnes françaises. Les dégâts sont considérables et aucune solution n’est efficace. Un golf, un cultivateur utilisent les cheveux humains comme répulsif avec un certain succès. Repuls’hair propose de développer une entreprise à partir de ce savoir-faire empirique. Le concept : récupérer les cheveux chez les coiffeurs, fabriquer et distribuer des diffuseurs, ainsi que des recharges de cheveux conditionnés. Ces diffuseurs seront installés autour des parcelles (tous les 50 m). Dans un premier temps, des expérimentations terrains seront menées pour faire la preuve du concept. Une fois éprouvé, le produit sera distribué via les coopératives, à destination des collectivités (terrains de sport, golfs…) et des agriculteurs pour un coût d’environ 120 € de l’hectare.

Porteur de projet : Maxime PENNORS, étudiant à l’Ecole supérieure d’agricultures d’Angers. Dotations : pré-incubation à Angers Technopole et un accompagnement par la Chambre d’agriculture Pays de la Loire d’une valeur de 1 000 €.

Retrouvez les projets lauréats ainsi que les autres projets participants sur la page "Retour sur les éditions précédentes".